Articles de presse

Le Berry Républicain paru le 14/09/2018

 

"En résidence à la Forge à Aubigny sur Nère, le groupe Amapola prépare un nouveau spectacle vocal, dont elle a présenté en public une étape de leur travail. Elles sont déjà passées par la Cité des Stuarts lors des Journées européennes du patrimoine en septembre 2016 avec leur spectacle de chants du monde. Deux ans plus tard, elles sont de retour pour une résidence à la Forge afin de préparer leur nouveau spectacle.

Leur voix comme instrument

Les cinq jeunes femmes d'Amapola ont régalé leur public venu la semaine dernière, applaudir leur dernière création (...)

Cette étape importante de leur travail consiste à placer leur voix, leur texte, entre sensualité et monstruosité. Un travail qui mêle cirque, théâtre, chants, dans des turbulences bienvenues. Armées uniquement de leur voix comme instrument, de leur corps, elles communiquent à leur public leur fragilité et leur force. Sandra, Claire, Anne, Alys et Fanny se sont mises à nu afin d'exprimer leur histoire et l'émotion était bien au rendez-vous. C'était à la fois drôle et émouvant, fort et fragile, engagé. Yann Ecauvre est le metteur en scène de cette nouvelle création. Sébastien Hérouart était aux commandes du son et des lumières. À la fin de ce spectacle en cours de création, les actrices ont partagé leur ressenti avec le public, nombreux à cette soirée. Cette pièce sera jouée pour la première fois au théâtre Jean le Bleu à Manosque (Alpes de Haute Provence) en février 2019."

 


La Nouvelle République paru le 19/01/19

 

"Amapola fait corps avec les silences

Le groupe vient de terminer une résidence d’une semaine à Équinoxe afin de préparer son nouveau spectacle, “ Silences ”, aux influences circassiennes. Leurs visages ne sont certainement pas inconnus des Indriens. Leur nom de groupe encore moins : Amapola. (...). Au bout de sept années de "Polymorphonie", Amapola s’est replongé dans la création. Depuis un an, le second spectacle des chanteuses est sur les rails. Elles peaufinent les derniers détails pour l’avant-première, prévue jeudi 31 janvier, à La Parenthèse, à Ballan-Miré (Indre-et-Loire). Elles ont ainsi passé plusieurs semaines en résidence, dont cette semaine, à La Maisonnette de la culture, annexe d’Équinoxe. Performance vocale et physique, baptisé "Silences", le nouvel opus d’Amapola laisse de côté les instruments, légèrement présents dans Polymorphonie, pour se consacrer au corps. « Silences sera entièrement vocal et très physique. On bouge tout le temps, tout en chantant. Ce sera une vraie performance. » Pour cela, elles ont été guidées par Yann Ecauvre, leur metteur en scène, issu du monde circassien. (...) « Il y a aura seulement deux chants iraniens et un chant turc. Le reste est fait de textes en français, composés ensemble, arrangés de façon très éclectique. Il y a du groove, du hip-hop, de l’électro vocale, des dissonances, etc. Beaucoup de jeu sur les lumières et le son, également, grâce à nos techniciens. (...) »

Le petit groupe est devenu grand, et veut toucher tout un chacun. « Silences aborde des sujets de société, comme la situation de la femme, l’état du monde, des relations humaines. Des sujets qui peuvent être encore en silence, ou étouffés. Mais toujours de manière implicite, grâce au corps, qui peut aussi raconter des choses. »"